04/10/2013

Mosaïque : Jon Snow, dans les griffes du froid.




Le "making-of" 

 Le temps des "test couleur" et des premières esquisses.

Faire pleurer l'arbre-coeur et travailler l'acier valyrien
Quoi?! de la pâte de verre?! Chut, laissez moi rêver un peu... 


Des heures juste pour lui donner un visage.
(et un effet mal rasé)

Des oiseaux et un chat


Je pourrais vous dire que mon moustachu guette les oiseaux dans le feuillage du barral, j'aimerais vous dire qu'il est fan de mon travail mais la vérité, c'est qu'il est fasciné par les cure-dents qui me servent à déplacer les bouts de tesselles...



Le matériel


Pour cette mosaïque, je me suis fait plaisir niveau matière. D'habitude je travaille essentiellement avec des émaux de Briare parce que :
- ils sont beaux
- ils sont assez solides pour pouvoir être cassés très très finement et ainsi obtenir les détails que j'veux
- ce sont mes chouchous, c'est comme ça ^^
Mais là avec tout ce blanc, ce gris, j'allais vite être bloquée niveau couleurs pour que les formes se distinguent les unes des autres.
A savoir qu'en mosaïque, on est quand même limité dans la palette de couleurs, surtout que j'suis fâchée avec la pâte de verre. Je déteste la travailler parce que :
- elle se casse trop facilement
- le verso n'est pas lisse et sur des petits morceaux, ça devient vite bancal et ça colle moins bien
- je l'aime pas, c'est comme ça ^^
Je me retrouve donc souvent à adapter mes projets aux matières et non l'inverse.
 
J'ai donc testé la gamme Mazurka (mat) des émaux de Briare et le grès cérame pour pouvoir jouer sur les effets mat/brillant et j'ai adoré découvrir ces nouvelles matières, faciles à travailler en prime.
A mon grand désespoir, je n'arrive pas à rendre les effets de lumière, textures et relief comme je le voudrais sur les photos... Je vous assure que c'est plus joli en vrai!



Sinon les émaux "confetti" (à un euro pièce, j'vous assure qu'on réfléchit avant de les utiliser et de les casser), je les ai utilisés pour faire perler du sang sous les griffes de Ghost et laisser son empreinte dans la neige.
Quant à la pâte de verre, j'ai beau ne pas l'aimer, elle convenait bien à l'acier valyrien :
"l'acier valyrien se distingue par une structure faite de minces couches de métal martelées, torsadées, repliées de très nombreuses fois avant la trempe. L'acier valyrien se reconnaît donc à son apparence striée, faite de multiples couches sombres et moirées" 




Voilà, beaucoup de blablas aujourd'hui mais il m'aura fallu 6 mois pour la réaliser (en raison entre autres de la taille : 60x45 cm) alors j'ai du mal à la résumer en deux photos ;)


8 commentaires:

  1. oh lala merci d'avoir laissé un commentaire sur mon blog parceque du coup je découvre le tien et je trouve que ce que tu fais est génial!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci!
      Sache que je suis encore en train de me demander comment tu peux faire des dessins aussi petits et aussi minutieux ;)

      Supprimer
  2. Wahoo... Moi c'est pareil que Caroline, je découvre ton blog et je suis vraiment bluffée par tes mosaïques ! Elles sont superbes et ça a l'air d'être un travail vraiment minutieux que je ne connaissais pas. Et en plus le thème du tableau ne gâche rien ^^

    RépondreSupprimer
  3. Hé hé, c'est l'effet Jon Snow ;)
    Un grand merci pour ton commentaire, je repars à ma ratatouille le sourire aux lèvres :)

    RépondreSupprimer
  4. Je découvre ton blog grâce à ton gentil mot sur le mien. Je suis épatée par tes mosaïques. Elles sont superbes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et je rêve d'avoir votre niveau en patchwork un jour! MERCI

      Supprimer

=^.^= Oooh chic, chic, chic! on va me laisser un petit mot!

(Si vous n'avez pas de blog , que vous publiez sous le statut "anonyme", pensez à signer avec un petit prénom ou un pseudo. C'est tellement plus agréable de savoir à qui je m'adresse)