22/09/2015

Terroir, bouts de ficelle et sac à patates.


Quetsches, figues, mûres, raisins... Des dégradés de bleu, de violet, de noir et de vert. La campagne est belle et généreuse en Septembre.


La maison familiale étant pas mal entourée de vignes, mon père avait récupéré auprès des vignerons du coin quelques bouts de ficelle de palissage destinés à être jetés (ou recyclés). Pour les curieux qui se demanderaient ce qu'est le palissage, je dirais en résumant grossièrement que c'est le fait de ramener les branches folles et de les contenir dans le rang. Ça peut se faire à la main ou à la machine. Les encore plus curieux n'auront qu'à cliquer sur les deux vidéos. Ça sera votre minute "L'amour est dans le pré" du jour ;)
 
Mon père voulait s'en servir pour attacher nos pieds de tomates. Ma mère a pris le temps de les laver, enlever les agrafes et m'en a donné une partie. Et oui, pour moi, du moment que c'est du fil : ça se crochète ou ça se tricote!


Par contre, j'ai dû négocier avec le chat de mes parents (nettement moins généreux) qui trouvait ce tas de ficelle parfait pour se confectionner un nid douillet...


Qu'est-ce que je voulais faire de cette ficelle bleue? Quelque chose de très terre-à-terre.
J'en avais marre de voir trôner mon sac à patate tout moche et pas pratique dans ma cuisine. Passé un temps, je stockais mes pommes de terre dans un carton à vin (quand je vous dis que je suis cernée par les vignes... ^^) mais on a tous connu le drame de la patate pourrie qui pue, dégouline et bousille le carton. Je voulais donc une corbeille solide et qui se lave.
Cette ficelle faite pour encaisser les intempéries était parfaite. Je l'ai associé à de la laine bleue provenant d'un pull détricotée à ma mère. Ambiance totale récup' aujourd'hui.


Bon, j'ai dû négocier avec un deuxième chat qui s'est approprié à son tour les pelotes de ficelle et trônait dessus tel Smaug le dragon sur son tas d'or... Je ne voudrais pas faire de généralité à partir de deux cas mais quand même, on dirait que cette ficelle est pas mal appréciée par nos compagnons félins.


Pour ma corbeille, j'ai commencé par former un "cercle magique" puis j'ai crocheté une augmentation dans chacune des mailles au premier tour. Ensuite j'ai crocheté autour la ficelle, sans la crocheter elle même (comme quand vous rentrez les fils ou que vous les faites suivre en même temps que vous crochetez). J'ai continué mes augmentations en mode freestyle, quand je le sentais jusqu'à obtenir la base de corbeille avec la taille voulue.


Franchement, jusque là tout allait bien. La base était très rigide, ça donnait un aspect vannerie. J'étais même fière de moi.


Mais après, les choses se sont compliquées... Quand on veut crocheter un rond au crochet, on commence par un cercle avec les augmentations de mailles et puis on arrête d'augmenter et les bords montent alors à la verticale. J'étais persuadée que ça serait pareil. Il me suffirait d'arrêter les augmentations...
Et ben, ça ne s'est pas passé comme ça.
Cela continuait inexorablement à augmenter le cercle mais jamais à monter à la verticale. J'ai défait de nombreuses de fois, tenté différentes techniques et franchement je ne comprenais pas ce qui se passait. J'ai diminué les mailles encore et encore, ça prenait alors un aspect légèrement évasé... J'ai fini par être lassée. Je me suis dit "bon, ras le bol, je coupe la ficelle et je vais faire les bords uniquement en laine". Sauf que comme j'avais diminué plein de mailles, c'est monté en trompette...




L'homme regardait d'un drôle d’œil ce qui montait de mon crochet... : "c'est quoi au juste ton projet? Tu crochètes un nouveau chapeau à Amélie Nothomb?"


C'est ça de partir à l'aventure, fleur au crochet, parfois le résultat est douteux et on se retrouve avec un sac à patate qui ressemble à rien et à tout à la fois. On peut y voir le chapeau de berger Afghan que porte Mathieu Kassovitz dans Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain, une cheminée de centrale nucléaire, un cache-pot... moquez-vous, moquez-vous, en attendant, il est pratique et il remplit sa fonction. 
Honnêtement j'ai hésité à le bazarder avant de me prendre d'affection pour cette corbeille patatoïde. J'ai tenu à vous en parler parce que c'est bien de parler de ce qui rate aussi. Il paraît que la création est une succession d'échecs. Le tout est de ne jamais s'avouer vaincue. Je retenterai donc et je finirai par percer ce mystère!
(prochain essai avec nettement moins de mailles...)


A parler de ficelles et de vigne, à montrer des fruits qui ont de belles robes, j'étais presque obligée de vous parler d'un vin de ma région d'origine : La Ficelle de Saint-Pourçain.


Je ne suis pas une spécialiste, loin de là. Je peux vous dire que La Ficelle est un vin rouge AOC et c'est à peu près tout ce que je suis capable de dire sur le vin en lui-même. Œnologues et amateurs de vins, je vous indique donc plutôt ce chemin.


J'avais pour ma part plus envie de vous parler de la bouteille en elle-même. 

Sur un côté, on trouve une ficelle nouée en référence au Sieur Gauthier, qui en 1487 (ça nous rajeunit pas!) servait le vin au fond de sa taverne en le mesurant à l'aide d'une ficelle plongée dans les pichets. Je vous glisse ce lien pour découvrir plus en détails la légende de La Ficelle et la bande de gais-lurons aux foulards rouges que sont les Compagnons de la Ficelle.

De l'autre côté, on trouve chaque année un dessin réalisé par un illustrateur/dessinateur de presse. Je dois dire que si beaucoup attendent l'arrivée du vin nouveau, j'ai toujours beaucoup plus guetté l'arrivée du nouveau dessin, petite surprise marquant l'arrivée du mois de Décembre.
Je ne peux que vous inviter à aller voir un peu les différentes bouteilles répertoriées ici, de 1987 à 2014. Vous y trouverez Roland Sabatier (illustrateur des Contes du Chat Perché), vous verrez souvent passer devant vos yeux les noms Hara-Kiri, Siné-Mensuel, Fluide Glacial, Charlie Hebdo... J'ai forcément envie de mettre en avant Honoré et Tignous mais Piem, Willem, Barberousse, Loup et tant d'autres sont passés par là.
C'est une bouteille illustrée par Lerouge pour les 25 ans de la Ficelle oubliée dans le fond de mon placard que j'ai ressortie pour la photo. 


Rendez-vous donc au premier samedi du mois de décembre pour pourquoi pas rajouter une bouteille de Ficelle, un peu d'humour et de légende à votre table de fête (bon j'suis d'accord en terme de légende, ya aussi et qui s'appelorio Quezac mais c'est un autre délire). 


D'ici là, je vais profiter de septembre et octobre,  des petits plaisirs de saison : savourer les derniers beaux jours, faire de longues balades, ramasser les feuilles mortes, exploser la bogue des marrons, préparer Halloween, écouter la pluie tomber lovée sous un plaid en laine avec chat et tricot, remplir son chez-soi de bonne odeur de pâtisseries, siroter un chocolat chaud, grignoter des fruits teintés de bleu... 


Franchement, quoi de mieux pour commencer la journée en douceur que de faire le tour des réseaux sociaux et de lire vos petits mots en dégustant une tarte aux mûres...


23 commentaires:

  1. Elle est marrante ta corbeille ! T'as essayé de tirer sur la ficelle pour avoir un périmètre constant à chaque rang? Ça m'intéresse parce que ça fait partie des trucs "à essayer" chez moi, je veux faire une grosse corbeille pour mettre les plaids du salons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que ça tombait bien que ce soit pour un sac à patate ^^
      Non, je n'ai pas essayé mais je crois qu'il y avait trop de maille pour qu'en tirant ça bouge, je pense qu'il faudrait laisser plus d'espace entre les mailles et faire comme tu le dis. Puis je ne suis pas allée voir sur Internet non plus, ya ptet la solution quelque part. De toute manière, je vais retenter quand j'aurais du temps devant moi! Je guetterai pour voir si tu arrives de ton côté ^^

      Supprimer
  2. Encore une fois on se laisse prendre par l'histoire et les documents sont enrichissants. Merci !

    RépondreSupprimer
  3. C'est vrai que c'est bien de montrer les ratés de temps en temps. Et une fois remplie, on doit bien moins voir le chapeau d'Amélie Nothomb :)
    Des bisous, moi je vais yeuter les illustrations de la ficelle!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, une fois bien remplie, elle a plus une forme de sac à patate que de chapeau d'écrivain ;)

      Supprimer
  4. Moi ma théorie c'est que quand tu as augmenté "au feeling" tu as du faire trop d'augmentations, du coup quand tu as arrêté les augmentations, il a fallu beaucoup de rangs pour "compenser" (j'sais pas si c'est très clair ce que j'dis :p). Sinon ce qui aide bien a garder un fond plat et une montée bien droite, c'est de faire un rang de maille coulées sur le dernier rang du fond puis faire le rang d'après dans le brin arrière des mailles serrées du rang d'avant. Les mailles coulée créent comme ça un petit bord qui aide ensuite à "pousser" le reste des mailles à la verticale. Enfin, j'dis tout ça et j'suis même pas sûre que c'était ton problème :D Bonne idée en tout cas le sac a patate lavable, je note ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors je n'ai pas tout dit dans l'article. A la base, j'avais essayé d'augmenter de façon plus classique : 1 m 1 augm, puis 2 m 1 augm, puis 3 m 1 augm... je ne développe pas, je sais que tu vois ce dont je parle. Bizarrement avec la ficelle, ça me faisait une forme de bonnet (alors que normalement ça fait une forme plate). Ça, c'était le premier truc auquel je ne m'attendais pas.
      D'où la deuxième technique freestyle qui elle, au moins a abouti à une forme plate qui me plaisait.
      Pour le rang de mailles coulées, je garde l'astuce. J'avais tenté un truc dans cette idée (par feeling encore ^^) j'avais fait un rang sans la ficelle en espérant ainsi marquer plus la verticale mais ça n'a pas fonctionné, j'ai défait.
      Je retenterai avec les mailles coulées. Merci.
      En fait l'ajout de la ficelle que je pensais anecdotique change vraiment la donne.
      Je pense que la technique suggérée par Olivia est une bonne piste mais elle me semble possible avec un faible nombre de mailles pour avoir le jeu nécessaire.
      En tout cas, merci les filles pour vos astuces!!

      Supprimer
  5. Très chouette cet article, la corbeille est top! ;)
    Nath

    RépondreSupprimer
  6. en tout cas elle a une histoire cette corbeille !! et un certain style aussi!!
    ^_^ !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça, un certain style, on ne peut pas lui enlever! lol

      Supprimer
  7. Toujours intéressants et drôles tes articles, Claire ! A bientôt.

    RépondreSupprimer
  8. J'adore ta corbeille et y'a pas à dire, tu as vraiment un talent de story telling: à chaque pièce, on attend l'histoire qu'il y a derrière.
    (et je te dois un petit fou rire à l'apparition du chapeau Nomthombesque)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. rhoo merci! La remarque sur le chapeau m'avait aussi valu un fou-rire mais je soupçonnais le craquage nerveux à force de défaire et refaire ^^

      Supprimer
  9. Je dis que ça donne un chouette sac à patates, bien plus joli que le filet ou le carton !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est pas terrible mais il me fait marrer, ça me suffit ;)

      Supprimer
  10. Très intéressant comme article ! Et très appétissant aussi je l'avoue !
    J'ai beaucoup aimé les illustrations, elles sont pleines d'humour.
    Pour la corbeille, c'est la même technique que de crocheter autour d'un "cable", je ne l'ai jamais essayé, mais à en voir ton expérience ratée, ça ne me tente pas pour l'instant (trop de boulot et d'en-cours... Ah elles sont où les vacanceuuuh ?)
    Mais même "ratée", ça lui donne un certain charme, puis tant que c'est utile, c'est bien ! :D

    Bonne soirée :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors je ne maîtrise pas la technique pour crocheter autour d'un câble ^^ mais je désespère pas. Après le sac à patate étrange, jvais tenter une corbeille à oignon difforme :p

      Supprimer
  11. Ah ces minet!
    Super ton article et chouette idée ton sac à patate!
    Belle journée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord : toujours dans les bons plans ces chats!!! :)

      Supprimer
  12. Tes photos me mettent l'eau à la bouche ! Ta panière est pratique, c'est l'essentiel ! Peut-être que ça fonctionnerait en doublant le fil pour compenser le fil plastique que tu ne mets plus ...
    Tu as raison, ne te décourage pas. Les expériences nous servent plus tard ...
    En tout cas, je note d'utiliser les vieux fils à scoubidou qui trainent ... Merci pour l'inspiration.

    RépondreSupprimer

=^.^= Oooh chic, chic, chic! on va me laisser un petit mot!

(Si vous n'avez pas de blog , que vous publiez sous le statut "anonyme", pensez à signer avec un petit prénom ou un pseudo. C'est tellement plus agréable de savoir à qui je m'adresse)