10/12/2018

Livre d'éveil à la nature.


Ces dernières années, j'ai trouvé le temps de créer plein de petits livres d'éveil en tissu pour mon fils mais je n'ai pas toujours trouvé le temps de vous les présenter sur le blog. Aujourd'hui je reste dans le thème des articles précédents avec les champignons et les animaux de la forêt.


Son Papi allant souvent se promener dans les bois cueillir des champignons, ces derniers se sont imposés en première page.



Les chapeaux des champignons ont été rembourrés pour plus d'effet. En tissu de fond, j'ai utilisé un tissu imprimé que j'avais depuis longtemps et dont je raffole. J'aime l'idée que si on le regarde de loin, on ne voit qu'un amas de feuilles mais en y regardant de plus près, on voit des petites chenilles de toutes les couleurs... un peu comme parmi les feuilles qui jonchent le sol des sous-bois.


Pour la seconde page, j'ai choisi un fond plutôt sombre avec pleins de petits hiboux imprimés pour venir coudre un gros hibou dessus. J'ai utilisé de la feutrine pour faire les pattes et de la laine bouillie pour dessiner la branche me permettant ainsi de jouer un peu sur le relief et lui faire toucher différentes textures.


Le hibou était déjà présent sur le tissu choisi pour la couverture de ce petit livre. Je voulais faire un hérisson et je me suis complètement inspirée de celui de la couverture.


Ça m'en a fait coudre des petits triangles en tissu ! Je les ai ensuite enchevêtrés avant de coudre la tête du hérisson au-dessus, fixant ainsi le tout. En faisant de la sorte, chaque triangle symbolisant les piquants du hérisson se soulève légèrement. On peut passer la main dedans et caresser le hérisson. L'occasion de chanter un peu de Salvador et de Brassens...  Pour moi, les hérissons, ils ont toujours un peu la voix de Georges.


J'adore les hérissons. C'est un animal adorable qui, en plus, m'évoque de bons souvenirs d'enfance. Il y en a souvent dans le jardin de mes parents. On les voyait déambuler avec leur drôle de démarche et chasser les insectes les soirs d'été. On écoutait les hannetons craquer sous leurs dents. J'ai donc souvent eu l'occasion de croiser leur regard et eu la chance de les prendre en photos.


J'ai également un souvenir fort avec une de ces petites bêtes. Dans l’appentis à bois, quand j'avais 10 ans, on a retrouvé le cadavre d'une maman hérisson avec toute sa portée sous une nuée de mouches. Au milieu de cette scène bien triste, on a trouvé un seul bébé encore en vie, couvert d’œufs de mouches et dans un sale état. On l'a recueilli et tenté le tout pour le tout. On l'a nettoyé, nourri comme on pouvait avec de la viande crue hachée menue puis en morceaux. On a fini par mettre des limaces vivantes dans sa cage pour lui apprendre à se débrouiller à chasser. Il faisait un tour d'honneur de cage quand il l'avait tuée en levant la tête bien haut, limace dans sa gueule. On l'a relâché dans notre jardin quand il était prêt. On le recroisait les nuits d'été.


Pour avoir eu la chance de tenir un bébé hérisson dans les mains (oui, c'est moi qui grimace là au-dessus), je peux vous affirmer qu'ils sont tout doux et que ces animaux méritent vraiment qu'on prenne soin d'eux. A l'heure actuelle, il n'y a plus de hannetons qui volettent en veillée et beaucoup moins de hérissons... Donc si au passage, vous voulez faire une bonne action pour ces animaux magnifiques, je vous glisse le lien de cette pétition.  

Pour en revenir à la couture, face au hérisson, j'ai mis un de ses prédateurs mais celui-ci est moins féroce que l'Homme et en plus, il est endormi...



J'ai choisi de le cacher derrière un buisson. Je savais que Thomas allait aimer jouer à "coucou-caché" avec lui.


Il faut bien avouer que j'ai rarement eu l'occasion de croiser un renard. Il m'est arrivé d'en apercevoir en ombre chinoise, tout en haut de la colline, jouer ou chasser sur les bottes de foin mais ils étaient très loin... C'était merveilleux de les observer mais les approcher, c'était impensable. J'ai eu la chance, une fois, d'en voir un détaller devant mon VTT... Du coup, pour moi ça reste un animal vif, insaisissable et furtif. J'ai donc choisi de bien le cacher dans les fourrés. 

Je me suis toujours sentie chanceuse quand j'ai croisé un bel animal sauvage, quand un chevreuil saute d'un pas léger et gracieux devant la voiture. Ça illumine ma journée. Quand j'ai l'aubaine d'avoir mon appareil photo sur moi, j'essaye de m'approcher tout doucement et j'adore ces instants volés au temps. 


Le dernier en date, c'est ce joli chevreuil entre deux rangs de vignes. Thomas m'accompagnait ce jour-là, bien au chaud encore dans mon ventre. Il m'était donc indispensable de rajouter une biche à son livre.


J'ai utilisé un tissu imprimé, comportant divers animaux de la forêt. Ils étaient trop éloignés les uns des autres pour tous figurer sur une page de livre, j'ai donc triché. J'ai découpé le tissu et recousu de façon à rapprocher les animaux. Les coutures ont été cachées par des troncs et branches d'arbres.


Une fois les branches cousues au point bourdon, je me suis lancée dans la confection de feuilles dans un camaïeu de vert provenant de chutes de tissus. Une fois fixées au bon endroit sur les branches, elles venaient cacher les différents animaux. 

Ici, un papillon blanc.



Là, une chouette et un renard.


Et enfin, un petit écureuil
dans l'exacte posture de celui du jardin pris en photo par son Papi. 


Par-ci, par-là, j'ai parsemé des rubans avec des petits champignons ou des coccinelles
De tout menus détails à observer.


J'avais acheté un oiseau en bois (à manipuler ou mâchouiller) mais je ne savais pas comment l'incorporer au livre. Je pensais le mettre dans un nid mais le reste du livre évoquait l'automne et pas vraiment le printemps. Finalement, c'est une carte envoyée à Thomas par sa Mamie qui m'a donnée la solution.


J'adore cette carte !! Il y a tous mes animaux fétiches représentés et mes couleurs favorites. J'ai adoré le design des arbres et je m'en suis totalement inspirée. J'ai ainsi dessiné deux arbres : un orange à pois avec des feuilles vertes cousues dessus, l'autre vert décoré de feuilles orange à pois. Un beau concentré d'automne.


En ne cousant que la partie inférieure de l'arbre, j'ai formé une poche dans laquelle l'oiseau en bois trouvait enfin une cachette.


Thomas n'a pas traîné à le trouver.
Tout comme il n'a pas tardé à me montrer tous les détails que j'avais pris soin de mettre


et à soulever toutes les feuilles de cette forêt en tissu en poussant des petits cris de surprise.



Ainsi s'achève la présentation du livre d'éveil pour "ensauvager" mon petit citadin.



Tous les livres du monde, même ceux cousus avec amour, ne remplaceront jamais une promenade dans la nature mais j'espère que grâce à celui-ci, il apprendra à observer, à soulever les feuilles, à dire bonjour aux petites bêtes qui vivent là et surtout, à partir sur la pointe des pieds pour ne pas trop les déranger...



01/12/2018

Champignons, petite et grande girolle.



Il y a quelques temps, je vous présentais le costume de hobbit de mon fils pour Halloween et la corbeille de champignons qui allait avec. J'avais promis de partager avec vous les modèles utilisés et créés, les voici !



Pour tricoter tous ces champignons, nous avons utilisé ce modèle (gratuit sur ravelry) et nous avons fait de multiples variantes à partir de ça en augmentant le nombre de rangs, changeant la taille de nos fils, de nos aiguilles, nos couleurs... 




Plus allongé, on obtient une morille. Avec du rouge et des pointes de blanc en jacquard, on produit une amanite tue-mouche. En le façonnant tout en rondeur, on crée plutôt un bolet ou un cèpe


Pour les amateurs de crochet, j'ai aussi utilisé ce modèle en crochet en le modifiant niveau taille. Vous trouverez également d'autres modèles que je n'ai pas eu le temps d'essayer des mes favoris de Ravelry sur le thème dinette


Vous imaginez bien le plaisir pris à tester ces modèles et les variantes possibles pour les tricoteuses (ma mère et moi) et le plaisir pour mon fils à aller les chercher au milieu des feuilles...


La girolle a une couleur bien typique, difficile à définir : jaune, orangée, dorée... Elle a également un chapeau creusée en coupe, un pied très fin qui lui donne un peu des allures de trompette.


De ses variantes et multiples tests, sont nés ces deux modèles de girolle
une grande et une petite que je vous présente aujourd'hui.
  
GRANDE GIROLLE

Matériel
- de la laine orangée
- 4 aiguilles doubles pointes. 
- aiguille à laine 
- un tout petit peu rembourrage synthétique 

Abréviation
m. end. = maille endroit
m. env. = maille envers 
2 m. ens. = 2 mailles tricotées ensemble (diminution) 
→ = il y a alors

Monter 6 mailles sur un aiguille doubles pointes. 
Avec une deuxième aiguille doubles pointes, tricoter une i-cord sur 12 rangs en maille endroit (pour le petit tuto en vidéo, je vous renvoie ici).
Au 13ème rang, doubler chaque maille ainsi (dans la même maille : 1m. end., passer le fil devant, 1m. env. avant de laisser tomber la maille)  → 12 mailles. 
Attention il ne s'agit pas d'une augmentation barrée simple. Il s'agit bien de tricoter deux fois le brin avant de la même maille, une fois à l'endroit, une fois à l'envers avant de laisser tomber la maille. 
Comme une vidéo vaut tous les blablas du monde, vous pouvez regarder cette vidéo mais ici, ne tricotez que deux fois la même maille. 
Au même moment répartir vos mailles sur vos 3 aiguilles doubles pointes pour obtenir 4 mailles par aiguilles. Continuer de tricoter avec votre 4ème aiguille doubles pointes.   
14ème rang : 1 m.end., 1 m. env.
15ème rang :doubler chaque maille ainsi (dans la même maille : 1m. end., passer le fil devant, 1m. env. avant de laisser tomber la maille) → 24 mailles. 
16ème rang : 1 m.end., 1 m. env.
17ème rang :  1 m. end.,  1 m. env. *(dans la même maille : 1m. end., passer le fil devant, 1m. env., passer le fil derrière, 1 m. end. avant de faire tomber la maille), 1 m. env., 1 m. end., 1m. env. * répéter de * à * jusqu'aux 2 dernières mailles et terminer par (dans la même maille : 1m. end., passer le fil devant, 1m. env., passer le fil derrière, 1 m. end. avant de faire tomber la maille), 1 m. env. → 36 mailles. 
Attention, il s'agit bien là d'une double augmentation dans la même maille dans la partie entre parenthèses. Je vous laisse à nouveau regarder cette vidéo.
18ème rang : 1 m.end., 1 m. env.
19ème rang : 1 m.end., 1 m. env.
20ème rang : 1 m.end., 1 m. env.
21ème rang : tout à l'endroit. 
Rembourrer maintenant le pied de votre girolle. Elle aura plus de tenue. Il ne sera pas nécessaire par contre de rembourrer le chapeau du champignon. 
22ème rang : 4 m. end., 2 m. ens. à l'endroit. → 30 mailles. 
23ème rang : tout à l'endroit. 
24ème rang : 3 m. end., 2 m. ens. à l'endroit  → 24 mailles.
25ème rang : tout à l'endroit. 
26ème rang : 2 m. end., 2 m. ens. à l'endroit  → 18 mailles.
27ème rang : tout à l'endroit. 
28ème rang : 1 m. end., 2 m. ens. à l'endroit  → 12 mailles.
29ème rang : 2 m. ens. à l'endroit → 6 mailles. 

Passer le fil dans les 6 mailles restantes, traverser le champignon jusqu'au pied pour creuser le chapeau et le nouer avec le début du fil. Cacher le fil dans le champignon. 



PETITE GIROLLE

Matériel
- de la laine orangée 
- 4 aiguilles doubles pointes. 
- aiguille à laine 
- un tout petit peu de rembourrage synthétique

Abréviation
m. end. = maille endroit
m. env. = maille envers 
2 m. ens. = 2 mailles tricotées ensemble (diminution) 
→ = il y a alors

Monter 6 mailles sur un aiguille doubles pointes. 
Avec une deuxième aiguille doubles pointes, tricoter une i-cord sur 9 rangs en maille endroit (pour le petit tuto en vidéo, je vous renvoie ici). 
Au 10ème rang, doubler chaque maille ainsi (dans la même maille : 1m. end., passer le fil devant, 1m. env. avant de laisser tomber la maille) → 12 mailles. 
Attention il ne s'agit pas d'une augmentation barrée simple. Il s'agit bien de tricoter deux fois le brin avant de la même maille, une fois à l'endroit, une fois à l'envers avant de laisser tomber la maille. 
Comme une vidéo vaut tous les blablas du monde, vous pouvez regarder cette vidéo mais ici, ne tricotez que deux fois la même maille.  
Au même moment répartir vos mailles sur vos 3 aiguilles doubles pointes pour obtenir 4 mailles par aiguilles. Continuer de tricoter avec votre 4ème aiguille doubles pointes.   
11ème rang : 1 m. end., 1 m. env.  
12ème rang : 1 m. end., 1 m. env.  
13ème rang : 1 m. end., 1 m. env.   
14ème rang: 1 m. end., 1 augmentation c'est-à-dire (2 mailles tricotées à l'envers en prenant une fois dans la maille de devant et l'autre fois dans ma maille arrière) → 18 mailles. 
Le tuto de cette augmentation barrée à l'envers est disponible ici
15ème rang : 1 m. end., 2 m. env.
16ème rang : 1 m. end., 1 m. env., 1 augmentation c'est-à-dire (tricoter deux fois le brin avant de la même maille, une fois à l'endroit, une fois à l'envers avant de laisser tomber la maille). → 24 mailles. 
17ème rang : 1 m. end., 1 m. env. 
18ème rang : 1 m. end., 1 m. env. 
19ème rang : tout à l'endroit.
20ème rang : tout à l'endroit. 
Rembourrer maintenant le pied de votre girolle. Elle aura plus de tenue. Il ne sera pas nécessaire par contre de rembourrer le chapeau du champignon. 
21ème rang : 2 m. end, 2 m. ens. à l'endroit. →18 mailles.
22ème rang : tout à l'endroit.
23ème rang : 1 m. end, 2 m. ens. à l'endroit. → 12 mailles.
24ème rang : tout à l'endroit.
25ème rang :  2 m. ens. à l'endroit. → 6 mailles.   


Passer le fil dans les 6 mailles restantes, traverser le champignon jusqu'au pied pour creuser le chapeau et le nouer avec le début du fil. Cacher le fil dans le champignon. 

A vos aiguilles à tricoter, à vos crochets
et bonne récolte à tous !