05/02/2019

"Comme un printemps sur mon trajet... "

Dans mon article précédent, je vous faisais part de mon envie de retrouver le chemin des aiguilles et du fil, vous ne serez donc pas très étonnés de voir un brin de broderie sur le blog.


Je suis partie de ce morceau de phrase, issu d'une chanson de Francis Cabrel :  "Je t'aimais, je t'aime et je t'aimerai". Je voulais quelque chose d'aussi léger et gracieux que la plume de ce grand monsieur.


Ces quelques lignes suffisaient donc à évoquer (je l'espère en finesse) tout le reste de la chanson et à me mettre une douce mélodie en tête. Une fois la phrase inscrite, il ne me restait qu'à invoquer le printemps et à laisser pousser les fleurs... 



Comme toujours, je suis plutôt partie du côté des fleurs sauvages et des fleurs des champs
On ne change pas ses obsessions. 



Ainsi, comme je l'avais fait avec ma boîte à douceurs en bois, j'ai rapidement rajouté une libellule.


J'ai choisi de tout broder avec du fil blanc sur un tissu beige. Le sac a été doublé en blanc et j'ai préféré faire des anses marron (pour rehausser un ensemble qui aurait été trop fade), surpiquées en blanc pour rappeler à la fois les couleurs de l'écriture et des broderies.


Il a été question que j'anime un atelier créatif pour un enterrement de vie de jeune fille et entre autres idées, j'avais envisagé de faire travailler les amies de la mariée sur le textile. Elles auraient chacune participé à la création d'un objet unique adapté au goût de la demoiselle. Si je suis à l'aise avec une machine à coudre, ce n'est pas le cas de tout le monde. J'avais donc prévu des tampons, des encres, de la broderie mais aussi des feutres textiles pour que tout le monde s'y retrouve, s'amuse, teste... Ce sac était un moyen de me dégourdir les doigts, me remettre en selle et surtout de leur présenter un exemple concret, avec les multiples possibilités.


J'ai choisi le feutre textile. Ça aurait tout à fait pu suffire pour écrire la phrase mais j'ai finalement préféré faire quelques petits points épars par-dessus. 
J'ai révisé les points de base et essayé d'en incorporer plusieurs pour montrer le rendu à des débutantes. 


J'ai testé de nouveaux trucs et je me suis bien rendu compte que je devrais m'entraîner, encore et encore, pour gagner en régularité. Il faut dire aussi que ce sac a été un peu réalisé à la hâte, il fallait qu'il soit prêt à temps pour l'atelier. 
Finalement l'atelier ne s'est pas fait mais ce n'est pas l'essentiel. Cela m'a permis de me forcer à concrétiser plus vite que prévu mes bonnes résolutions, à savoir, me remettre à la broderie.


Ce sac qui ne devait être qu'un matériel pédagogique a, en fin de compte, revêtu une plus grande importance à mes yeux. C'est souvent le cas quand on fabrique lentement quelque chose de ses doigts. On a le temps de réfléchir, de rêvasser...



... et quelles que soient les imperfections du résultat final, cela devient notre sac préféré !



14/01/2019

Paillettes, microbes, bonnes résolutions et nouveaux projets.


 Voilà de quoi résumer les dernières semaines...


De jolies lumières et les microbes tout droit importés de la crèche par Thomas. 


Il nous a également apporté de jolis cadeaux, remplis de paillettes et de fierté d'enfant. 


En résumé, on a tous eu régulièrement les yeux brillants d'émotion 
et/ou de fièvre et je crois que c'est là l'essence même des fêtes de Noël, 
tout à la fois épuisantes et merveilleuses.

J'ai refait des chaussons pour faire des cadeaux tout doux pour la famille ou les amies. 


Je vous les montre ici pour vous montrer que le coloris et les boutons choisis changent tout. Comme je n'ai pas encore testé toutes les combinaisons possibles, vous allez sans doute les voir passer quelques fois sur Ravelry ou Instagram dans les années à venir... Quand on aime, on ne compte pas !


Je n'ai pas fait preuve de grande créativité durant ces vacances, toute mon énergie créatrice étant tournée vers les Lego ou les Clipo de mon fils. Voici ici l'appareil photo dernier cri que j'ai offert à mon fils. Il l'adore et a photographié tous les recoins de l'appartement (et du chat) avec !


Parlant de photos, voici les 9 photos les plus plébiscitées par vous sur Instagram cette année. Le yarnbombing y tient une part de choix, que ce soit mes poupées russes, les arbres-vitraux des copines du café-tricot et les coraux de Paule Kingleur.
J'aurais sensiblement fait la même sélection. Mes poupées russes seraient arrivées en premier tant le souvenir de leur installation est fort. C'était un moment assez magique, souligné par un.e pianiste qui jouait fenêtre ouverte la valse d'Amélie... Magique...
J'aurais aussi choisi mon guerrier de chat malade, toujours présent contre toute attente, baignant dans un bonheur laineux. J'aurais juste remplacé mon ancienne mosaïque geek par le sourire espiègle de mon fils piquant mes pelotes. Cela aurait été plus proche de la réalité.


Cette année 2018 a été rudement belle. J'espère que 2019 sera aussi lumineuse.  

D'un point de vue strictement créatif, j'ai quelques résolutions/projets : 

- Essayer d'être plus régulière sur le blog
Je crée, toujours. En revanche, me motiver pour rédiger un article passé 23h... comment dire... j'ai du mal. Là, actuellement, il est 00h57 et mes yeux piquent fort.

- Essayer de vous répondre plus vite
Je lis tous les mails, tous les commentaires. Ce sont mes moteurs et ils sont très importants à mes yeux. Je réponds toujours à vos questions et commentaires mais parfois je laisse passer trop de temps à mon goût. S'il vous plaît ne vous formalisez pas, c'est juste que je suis noyée... 

- Trouver ENFIN du temps pour reprendre la mosaïque
J'en suis à plus de deux ans sans avoir touché une pince et je frôle dangereusement la crise de manque. Ma guitare et mon ukulélé me font aussi des yeux doux. 

- Après avoir retrouvé cette broderie réalisée quand j'étais en sixième, je voudrais reprendre un peu la broderie, notamment pour réaliser quelques projets que j'ai en tête avec les copines du café-tricot. Affaire à suivre...


Cette résolution là est déjà en partie validée puisque j'ai passé une bonne partie des vacances de Noël à réviser les points de base et j'espère vous montrer ça bientôt. 

- Streamer !  
Pour l'instant, je me contente de regarder les lives de Ahooka et Amygurumy sur Twitch mais je rêve depuis longtemps de montrer comment je construis mes mosaïques et de pouvoir discuter avec vous en direct. L'arrivée de la fibre à la maison a rendu la chose possible d'un point de vue matériel... encore faut-il que je me libère un créneau horaire et ça, c'est une autre histoire...

- Réaliser mon prochain yarnbombing pour l'automne.
En cette saison, les arbres sont si beaux ! J'ai pris les mesures, j'ai le stock. J'ai fait les recherches nécessaires et les croquis.

- Diminuer mon stock de laine, tissu, matériel en tout genre qui envahit mon atelier.
Là, je sais que c'est une cause perdue d'avance.


  Et vous, en ce début d'année ? vous avez des résolutions, des projets, des envies ?

06/01/2019

Les chaussons "marron glacé".

Quand vient l'hiver, rien de tels que de gros chaussons en laine pour tenir chaud à nos pieds frileux



J'avais depuis longtemps flashé sur ce modèle. Je trouve qu'il allie à merveille confort absolu et une certaine classe malgré tout. C'est un modèle Drops Design. Vous trouverez sa fiche Ravelry ici et le modèle gratuit en français . J'avais acheté la laine Eskimo (coloris brun roux n°23) pour les tricoter et j'avais même trouvé un petit peu de temps pour tricoter un chausson. Mais voilà, la malédiction du chausson solitaire a encore frappé. D'autres projets sont venus se greffer là-dessus (dont un gros yarnbombing) et le petit chausson resté dans un coin d'atelier, dans un carton... En revenant dans le fil Instagram, je me suis rendu compte que je l'avais commencé en avril 2017 !! donc avant les fêtes de fin d'année, je me suis dit qu'il était temps de faire quelque chose...



Surtout que ces chaussons ne sont pas très compliqués à tricoter. Ils se tricotent avec de grosses aiguilles donc ça monte presque tout seul. En quelques soirées, on se retrouve vite avec de jolies bottines douillettes aux pieds.


Je suis allée chercher dans mon stock de gros boutons, j'en ai trouvé 6 dans une teinte verte, un peu glacée qui associés à la laine marron m'évoquaient directement les marrons glacés.


Les chaussons sont suffisamment larges pour s'enfiler par-dessus un jean et emmitoufler complétement les chevilles (avec une seconde paire de chaussettes fines à l'intérieur pour les plus frileuses). Ils ont le seul défaut de glisser du tonnerre mais ça me donne une excuse pour rester parfaitement immobile sur mon canapé, avec à portée de main, un chocolat chaud et une pelote de laine. (Si, si c'est possible quand l'Enfant dort, quand le chat ne réclame pas des croquettes, quand je n'ai pas de lessive à faire, d'appartement à ranger, de bilans à rédiger et quand les planètes sont parfaitement alignées).


Comme c'est mon premier article de 2019, j'en profite pour vous souhaiter une belle et heureuse année 2019, douce comme des grosses torsades de laine !! J'espère revenir très bientôt dans un prochain article pour vous parler projets à venir, bonnes résolutions tout ça, tout ça...


20/12/2018

[DIY] Le sapin de dernière minute qui ne tient pas de place.

Ça fait plusieurs années maintenant que je cherchais un sapin alternatif qui conviendrait au manque cruel de place chez moi. Nous avons dû nous serrer dans l'appartement avec l'arrivée de notre fils. Si notre mini-sapin en plastique trouvait encore sa place dans le salon, on ne risquait pas de pouvoir déposer des cadeaux à son pied et encore moins de s'installer autour pour les ouvrir. Finalement, j'ai trouvé la solution l'an dernier chez La Fée Carabosse, petit salon de thé clermontois, carrément magique : quelques bâtons et une ficelle. J'ai gardé l'idée en tête en l'ajustant à ce que je voulais.  


Après avoir fait un schéma et quelques calculs, j'ai acheté de longues tiges de bois chez Castorama et je les ai découpées aux dimensions souhaitées : 11,5 - 20 - 27,5 - 35 - 43,5 - 51 et 60 cm.


Les tiges ont été percées aux extrémités de manière à laisser passer une ficelle assez grosse. Petite astuce : pour vous faciliter la vie, mettez un petit bout de scotch sur le bout de votre ficelle (comme un lacet), vous n'aurez alors aucune difficulté à enfiler la ficelle dans le trou.


Je voulais un sapin assez grand pour mettre les décorations que j'avais tricotées et que vous pouvez revoir dans cet article... 


et mes anciennes pyrogravures et que vous pouvez revoir ici...

 
et

La guirlande est juste indispensable à mes yeux. Un sapin, ça se doit de briller et scintiller. Je ne pouvais pas accrocher mon sapin au mur (comme je l'avais vu dans le petit salon de thé), chez moi, il serait forcément accroché à une porte. Il fallait trouver un système pour cacher le boitier de la guirlande. J'ai donc créé et fabriqué une petite poche à accrocher sur la dernière planche, venant ainsi symboliser le tronc de l'arbre. 

J'ai découpé deux bouts de tissus et j'ai surfilé tout le pourtour. J'ai ourlé les 4 largueurs, plié le tissu en son milieu et effectué 4 coutures droites sur les côté. Une fois retournées, on obtient deux petites poches. Il me restait alors à coudre 4 petits rubans pour les relier entre elles. 


Une fois les pochettes installées sur le pied du sapin, j'ai déposé le boitier de la guirlande dans la poche de devant et un galet du même poids dans la poche de derrière (me permettant ainsi de claironner très fort "tu vois Chéri que je fais bien de garder tout un carton de cailloux ! quand j'te dis que ça peut servir !" ^^)


Le voilà en situation. 
Discret et efficace


Ah oui, j'avais oublié de préciser qu'on a planté des clous tous les 5 cm sur les planches de bois en les décalant de branche en branche, histoire qu'il ne soit pas tous alignés comme des petits soldats. Les clous servent bien évidemment à accrocher les décorations, boules, pyrogravures... 


Mon papa m'a fabriqué une étoile. Elle a rejoint le sommet du sapin, lui-même accroché à la porte à l'aide d'un crochet de porte (qui se trouve un peu partout : Ikea, Hema...). Je m'en sers énormément pour optimiser l'espace chez moi.   

Voilà, le tour est joué ! Mon sapin est prêt pour briller de milles feux



Il est très amovible, il peut s'installer partout où il y a une porte. Il est pratique à ranger et ne tient pas de place dans le placard, une fois Noël passé. Je ne lui fais qu'un seul reproche : il fait du bruit quand on ouvre et on ferme ladite porte. On peut mettre des ronds de feutrine ou des bouchons de liège pour éviter au bois de taper mais on ne peut pas faire grand chose contre les boules qui se heurtent à la porte. J'ai résolu ce problème en le fixant à une porte que l'on ouvre peu au quotidien mais j'aurais pu résoudre le problème en ne mettant que des décorations en laine et en tissu...


L'atmosphère est très différente entre la nuit et la journée mais je ne saurais dire laquelle je préfère... 




Après quelques essais, j'ai décidé de laisser 16 centimètres d'espace entre deux nœuds mais les possibilités sont multiples selon ce que l'on veut, la taille qu'on désire obtenir. C'est ce que j'aime dans ce sapin. Il peut être très différent d'année en année. Il suffit de couper la ficelle et de ré-aménager autrement.



Comme il s'agit d'un sapin en 2 dimensions, j'ai joué sur la longueur des ficelles des décorations pour l'étoffer davantage. 






Je vous livre le DIY un peu tard mais c'est un sapin rapide à réaliser. Une planche de bois à découper et à percer, des clous à planter, une ficelle à enfiler. Cela peut aller très vite. J'ai adoré le réaliser. Ça a été de bons moments en famille. Thomas l'a vu se construire sous ses yeux et j'aime bien lui montrer qu'on peut fabriquer plein de trucs avec ses mains. 
Petit budget, pratique, écolo, durable, simple et totalement magique pour autant.
Je l'aime d'amour mon sapin.


Et il sera encore plus magique quand le Père Noël sera passé et vous savez quoi, j'ai hâte !! Je vous souhaite à tous un Joyeux Noël et de belles fêtes de fin d'année